Les prises de postes et les aides à la mobilité

En cette fin de mois d’août, nous recevons toujours avec plaisir des nouvelles de nos stagiaires qui ont obtenu leur concours avant l’été.
Ils nous parlent ainsi de leur lieu d’affectation, du service auquel ils sont rattachés, des missions qui leur sont confiées ou encore des équipes au sein desquelles ils vont évoluer.
Souvent, ils nous rapportent que des entretiens individuels leur ont permis de mieux appréhender leur prise de poste.
Enfin, certains ont pu bénéficier d’aides à l’installation et d’autres de logements de fonction.
Les débuts se font donc clairement de façon sereine et sans stress.

Un réel effort de recrutement mais des concours très sélectifs

Cette session de formation 2017-2018 s’est appuyée sur un niveau de recrutement intéressant. La police nationale a organisé un concours exceptionnel, les préfectures de régions ont recruté des adjoints administratifs, les ministères de l’Écologie, de l’Intérieur, de l’Éducation nationale et de la Justice ont aussi proposé des concours d’adjoints administratifs et de secrétaires, la gendarmerie et les douanes ont aussi recruté sous-officiers, agents et contrôleurs.
Pour autant, les sujets proposés et les notes d’admissibilité et d’admission témoignent du caractère particulièrement sélectif des concours. Il fallait par exemple cette année avoir une note supérieure à 13.27 pour devenir agent des douanes et supérieure à 14.15 pour être admis au concours commun d’adjoint administratif (Éducation nationale, Justice, OFPRA…). Ce ne sont là que deux exemples mais qui illustrent bien la spécificité du concours.
Au niveau national, c’est souvent moins de 5% des inscrits qui obtiennent le concours. C’est ici que notre taux de réussite prend tout son sens (93% pour la session 2016-2017).

Le développement des concours communs

Si nous connaissions depuis longtemps déjà le concours commun organisé au mois d’octobre pour le recrutement de la DGFIP, des Douanes et de la DGCCRF, nous voyons depuis quelques années maintenant se développer ce mode de recrutement associant plusieurs administrations. Le plus souvent l’Éducation nationale est l’administration organisatrice mais les stagiaires, au moment de leur inscription peuvent postuler pour des postes au sein d’autres administrations comme la Justice ou la Caisse des dépôts et consignations par exemple. On imagine bien sûr que cette pratique est plus économe pour les pouvoirs publics, mais elle permet aussi aux stagiaires de profiter d’un recrutement plus important et de se positionner au travers de leurs vœux sur plusieurs administrations.

À recrutement exceptionnel, concours exceptionnel

Le concours exceptionnel de recrutement de gardiens de la paix qui sera organisé en avril 2018, ne reprendra pas, comme nous l’avions déjà laissé supposer, l’ensemble des épreuves habituellement présentes dans ce concours.
Ainsi, n’apparaîtront pas pour cette fois le QCM de fondamentaux scolaires ni celui de culture générale.
Sont conservés par contre l’explication de texte (coefficient 4) et les tests psychotechniques (hors coefficients).
La date limite d’inscription est fixée au 25 janvier 2018.
Les épreuves d’admissibilité sont programmées le 5 avril 2018.

Une formation de Sous-officier de gendarmerie en Espagne

Cette année, 120 candidats, élèves Sous-officiers de gendarmerie, ont été sélectionnés pour intégrer l’école de Valdemoro en Espagne.

C’est une première à laquelle participera l’un de nos stagiaires admis au concours d’octobre 2016.

Souhaitons qu’il profite au mieux de cette expérience et qu’il en tire le meilleur profit.

L’école de la Guardia civil de Valdemoro se situe près de Madrid.