Pour une préparation au concours réussie

A l’inverse du diplôme qui valide des compétences, le concours offre un emploi et des perspectives de carrière.

Pour aborder un concours, il faut donc d’abord prendre conscience qu’il s’agit d’une sélection : il sert à déterminer le mérite de chaque candidat et évaluer sa capacité à occuper un poste déterminé.

Les différents parcours scolaires, s’ils permettent l’acquisition de connaissances et de savoir-faire, ne répondent que peu aux exigences des concours, à la spécificité de certaines épreuves et surtout à la dimension professionnelle qu’ils impliquent.

Pour être efficace et réussi, un parcours de préparation au concours se doit de respecter certaines étapes indispensables.

Notre « mode d’emploi » en 5 étapes

1ère étape : S’informer, s’évaluer et choisir

Obtenir un concours, c’est d’abord faire la preuve de sa motivation et de son intérêt pour une institution. Il est donc essentiel avant de se lancer dans une préparation qui sera longue et difficile, de bien choisir le ou les métiers que l’on souhaiterait exercer. Et pour cela, une information précise est nécessaire. Celle-ci doit permettre à chacun d’avoir une vision claire des missions, des tâches, de la rémunération, des possibilités d’évolution de carrière, mais aussi de la difficulté du concours. Pour éclairer ce dernier point, le futur candidat doit évaluer ses compétences initiales pour être sûr que son niveau de départ soit suffisant et qu’une préparation adéquate lui permettra d’atteindre son objectif. Il ne sert à rien de viser des concours que l’on sait inaccessibles, comme il est dommage de laisser de côté des concours que l’on pourrait réussir. Ce n’est donc qu’après une information précise et une évaluation fine que l’on peut réellement choisir le ou les concours que l’on veut préparer.

2ème étape : Remobiliser ses connaissances et acquérir les savoir-faire nécessaires

Les concours s’appuient sur des épreuves spécifiques qui toutes nécessitent la maîtrise de connaissances et de savoir-faire particuliers. Il existe divers types de concours (catégories A, B et C) qui font appel à des compétences censées être acquises durant le parcours scolaire. Le concours étant une sélection, les connaissances attendues ne seront que rarement celles qui sont maîtrisées par tous. Les divers sujets renvoient souvent à des règles oubliées, à des points particuliers, à des notions spécifiques qui doivent être connus et surtout mobilisables immédiatement.
Un travail d’apprentissage, de renforcement et de remobilisation est donc essentiel. Il doit se faire en considérant les acquis de chacun, en se fixant clairement des objectifs en fonction du concours visé et en utilisant tous les outils nécessaires à une maîtrise rapide et efficace. Il en va de même pour les savoir-faire liés, puisque certaines épreuves s’appuient sur la maîtrise de méthodologies particulières.

3ème étape : S’évaluer et se renforcer

Tout apprentissage doit être ponctué d’évaluations régulières. Elles permettent de vérifier le degré de maîtrise des acquis. Elles doivent suivre le fil de la formation et porter sur les connaissances et les savoir-faire appris au fur et à mesure, mais également sur des épreuves réelles de concours pour juger du chemin qui reste à parcourir. De ces évaluations doivent naturellement découler une exigence et une rigueur propres à la sélection que représente le concours. Elles permettent également d’adapter son programme de formation et de renforcer les domaines qui l’exigent.

4ème étape : Se mettre en situation

Le concours en lui-même reste un rendez-vous stressant. Il se déroule dans un cadre peu familier et regroupe un nombre de candidats souvent très important. Pour l’aborder plus sereinement, il est important, avant, de s’être mis en situation en essayant de reproduire la situation particulière du concours (convocation, sujets réels, cadre strict, consignes à respecter…). Cet exercice permet d’acquérir des automatismes, de ne pas paniquer et surtout de mieux gérer son temps. Il permet également de se rassurer quant à ses capacités en se confrontant au niveau d’exigence du concours, les notes requises les années précédentes pour être admissible et admis étant connues.

5ème étape : Adopter une attitude professionnelle

Il est important de se projeter et de donner rapidement une dimension professionnelle à sa formation et à son engagement. C’est bien vers un métier que l’on tend et c’est la capacité à occuper un poste que les jurys jugeront tout au long du parcours de sélection que constitue un concours. La connaissance de son futur métier doit être précise et elle n’aura pu se constituer qu’auprès de professionnels. Il est donc essentiel, tout au long de son parcours de formation, d’être en contact avec ceux qui exercent le métier auquel on se destine. La préparation des épreuves orales passe donc impérativement par une confrontation directe avec la réalité professionnelle.