Sur les concours de la Fonction publique

Voici les réponses aux questions les plus courantes que se posent les candidats.

Comment la Fonction publique recrute-t-elle ?

Chaque année les besoins de recrutement de la Fonction publique font l’objet d’une évaluation par les instances compétentes. Cette évaluation par métier et par catégorie donne lieu à des ouvertures de concours diffusées sur le Journal Officiel de la République Française.

Quelles sont les conditions pour accéder à un concours de la Fonction publique ?

Pour accéder à un concours, il faut remplir des conditions de diplôme ou de niveau d’étude :

  • Les concours de catégorie A sont ouverts aux titulaires d’une licence,
  • Les concours de catégorie B sont accessibles à partir du baccalauréat,
  • Les concours de catégorie C ne nécessitent aucun diplôme hormis parfois le brevet des collèges.
J’ai un Baccalauréat, puis-je passer un concours de catégorie C ?

Oui. Le Baccalauréat permet de passer des concours de catégorie B. Cependant de nombreux candidats, conscients des difficultés de recrutements, présentent des concours de catégorie C. D’ailleurs ce choix est prudent et souvent nécessaire, car dans la pratique, le niveau exigé à ces concours est souvent beaucoup plus élevé que ce qui est demandé au moment de l’inscription.

En dehors du diplôme et du niveau d’étude, y-a-t-il d’autres conditions à remplir ?

Quel que soit le concours auquel vous souhaitez vous présenter, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • Etre français ou citoyen de l’Espace économique européen ou suisse,
  • Etre physiquement apte à exercer les fonctions pour lesquelles vous êtes candidat,
  • Jouir de vos droits civiques,
  • Ne pas avoir subi de condamnations figurant au bulletin n°2 du casier judiciaire incompatibles avec l’exercice de vos fonctions,
  • Ne pas être privé de vos droits électoraux,
  • Etre en situation régulière au regard des obligations du service national de votre pays d’origine.

Cliquez ici pour plus d’informations sur les conditions générales d’accès à la fonction publique

Est-ce que les inscriptions aux concours sont payantes ?

Non. Seuls des timbres seront nécessaires au moment de la constitution des dossiers.

Quels candidats se présentent à ces concours ?

Depuis quelques années, il n’y a plus vraiment de « profil-type ». L’âge des candidats va de 18 à plus de 35 ans. Il y a des filles et des garçons, diplômés (CAP BEP, Bac, Bac + 2 + 3 + 4) ou non. Certains d’entre eux ont interrompu (ou perdu) une activité professionnelle et souhaitent se réorienter.

Comment se déroulent les concours de la Fonction publique ?

Le déroulement des concours peut aller d’une seule épreuve d’entretien avec le jury à plusieurs phases constituées de plusieurs épreuves : phase de pré-admissibilité, d’admissibilité, d’admission. La plupart des concours de la Fonction publique se déroulent en deux étapes : les épreuves d’admissibilité et les épreuves d’admission.

Je suis surdiplômé pour ce concours : vais-je automatiquement réussir ?

Le concours est une sélection dont l’exigence varie en fonction du nombre de places de concours ouvertes et du nombre de candidats. C’est pourquoi les candidats aux concours de la Fonction publique sont souvent surdiplômés par rapport aux conditions de diplôme ou de niveau d’étude exigées par les textes.

Mais être surdiplômé n’est pas gage de réussite, car les examinateurs souhaitent avant tout recruter des personnes motivées par l’exercice du métier auquel le concours donne accès, motivation qui est évaluée lors de l’épreuve d’entretien avec le jury.

En tout état de cause, la réussite à un concours de la Fonction publique exige la maîtrise de savoirs et de savoir-faire très précis aisément mobilisables en situation de concours, c’est-à-dire en état de stress. Aussi une préparation minutieuse et intensive s’impose, car seuls les meilleurs seront admis.

Lorsque le candidat réussit son concours, est-il sûr d’être nommé ?

Chaque concours vise le recrutement d’un nombre défini de fonctionnaires qui correspond, à l’unité près, au nombre de postes à pourvoir. Par voie de conséquence, tout lauréat à un concours de la Fonction publique doit accéder à un emploi.

Lorsqu’il s’agit d’un concours concernant la Fonction publique d’Etat et Hospitalière, le candidat est classé sur la liste d’admission, les postes sont pourvus assez rapidement : entre deux et six mois après la publication des résultats définitifs.

Lorsqu’il s’agit d’un concours de la Fonction publique Territoriale, cela n’est pas aussi immédiat en raison de la multiplicité des employeurs (communes, conseils régionaux, conseils départementaux, structures intercommunales…). Le candidat est classé sur une liste d’aptitude valable un an et renouvelable deux fois : il dispose donc de trois ans pour trouver un employeur. Le fait d’être classé sur cette liste n’assure pas un poste. Le candidat doit effectuer sa recherche d’emploi à l’aide d’une liste mise à disposition des lauréats.

Au moment de la prise de fonction, le lauréat bénéficie-t-il d’une formation ou doit-il intégrer directement son service et se former au fur et à mesure ?

Tout dépend des Administrations. Pour les Préfectures de région, la Préfecture de Police, l’Éducation Nationale… le lauréat intègre directement l’équipe d’un service : sa formation se fera alors au contact de cette pratique. En revanche, d’autres Administrations forment leur personnel avant de les mettre au contact du public : c’est le cas par exemple du concours des Finances Publiques.

Peut-on changer de poste au cours de sa carrière au sein de son Administration ?

Oui. Tout est mis en œuvre pour que le fonctionnaire évolue tout au long de sa carrière. Des formations internes sont mises en place pour permettre à chacun d’évoluer dans la hiérarchie : passer du cadre C au cadre B, puis au cadre A. Un agent des finances publiques pourra passer le concours de contrôleur puis celui d’inspecteur (Fonction publique d’Etat). Un agent administratif pourra passer le concours de rédacteur puis celui d’attaché (Fonction publique territoriale).

Lorsqu’on obtient son premier poste à Paris, combien d’années sont nécessaires pour espérer revenir en région ?

Tout dépend du Ministère : en moyenne de deux à cinq ans.